Frefr’s Blog

Just another WordPress.com weblog

VIA récompensé pour sa faible consommation d’énergie

Il gère activement l’alimentation et de la dissipation thermique dans un boîtier compact nanoBGA2 de 21mm x 21mm pour atteindre en mode attente une consommation de 100 mW (0,1 W).

Mesurant à peine 33x33mm, le VIA VX800 nécessite 42% de place en moins que le montage traditionnel à base de 2 puces.

Afin de garantir un bon esprit de participation, les modérateurs de ZDNet.fr se réservent le droit de supprimer/modifier tout message considéré comme publicitaire, hors-sujet ou abusif (notamment en cas de commentaire diffamatoire ou injurieux).

Localisez la borne Wi-Fi la plus proche de votre lieu de rendez-vous, en France et en Europe.

Source: http://www.zdnet.fr/blogs/2008/12/16/via-recompense-pour-sa-faible-consommation-d-energie/

Publicités

décembre 18, 2008 Posted by | Uncategorized | , , , , | Laisser un commentaire

MARDI 2 DéCEMBRE 2008

Dans un premier temps, les deux firmes se focaliseront sur la conception de disques dotées […] Par Alexandre Laurent à 05:17 Alors que le marché du netbook est en pleine croissance, plusieurs fabricants sont tentés d’embarquer des distributions de Linux optimisées pour un usage minimal principalement orienté vers les services en ligne.

Selon […] Par Jérôme Bouteiller à 02:03 | Président de Mobilegov, un éditeur de logiciels de sécurité informatique, Michel Frenkiel fait le point sur 3-D Secure, une norme améliorant la sécurisation des transactions électroniques mais encore perfectible.

Visé depuis deux mois par une offre publique d’achat (OPA) émanant de son compatriote Gemalto, le français Wavecom sort de son chapeau un chevalier blanc : le groupe canadien Sierra Wireless, également spécialisé […] Par Jérôme Bouteiller à 11:16 L’état poursuit sa mission de prévention sur la toile.

Un service […] Par Matthieu Dailly à 10:53 | Une semaine après l’annonce par Lycos Europe de la probable liquidation de ses portails européens et malgré l’échec de négociations avec des repreneurs, Lycos France semble paradoxalement intéresser plus que jamais les investisseurs.

Source: http://www.neteco.com/archives-0-59444–page11.html

décembre 18, 2008 Posted by | actualité météo | , | Laisser un commentaire

Nigeria : la Cour confirme la validité de la présidentielle de 2007

La Cour suprême du Nigeria a confirmé vendredi la validité de l’élection du président Umaru Yar’Adua en avril 2007, contestée par ses deux principaux adversaires lors du scrutin.La Cour avait tenu sa dernière réunion le 23 octobre dernier pour entendre les avocats de toutes les parties, notamment ceux de deux candidats malheureux à la présidentielle qui demandent l’annulation du scrutin.Le président de la Cour Idris Kutigi avait alors mis le jugement en délibéré.La décision du président et des sept juges de la Cour met un terme à près de 20 mois d’un feuilleton politico-juridique qui a considérablement pesé sur le rythme des réformes promises par Yar’Adua depuis son arrivée au pouvoir fin mai 2007.Les deux principaux adversaires du président, l’ancien vice-président Atiku Abubakar et l’ex-chef d’Etat Mohammadu Buhari, avaient dénoncé le caractère frauduleux du scrutin et porté plainte dans un premier temps auprès d’un tribunal électoral.En février 2008, cette instance avait confirmé la validité de l’élection.

Ils avaient alors saisi la Cour suprême.Umaru Yar’Adua, 57 ans, avait indiqué par le passé qu’il quitterait le pouvoir immédiatement, tout comme son vice-président Goodluck Jonathan, si la justice invalidait son élection. »Je quitterai mes fonctions immédiatement », avait-il affirmé en mai dans un entretien avec l’AFP. »Naturellement c’est notre désir que la Cour corrige cette injustice commise par le Parti Démocratique du Peuple (PDP, au pouvoir), mais si tel n’est pas le cas je me plierai sans hésitation au verdict », avait déclaré dans un communiqué Atiku Abubakar, qui s’était présenté au nom de l’Action Congress (AC, opposition).

Il avait également participé à l’élection de 2003 dont il avait en vain contesté le résultat devant les tribunaux.

Source: http://www.jeuneafrique.com/fluxafp/fil_info.asp?art_cle=52776

décembre 18, 2008 Posted by | Uncategorized | , , , , | Laisser un commentaire

Le PIB devrait baisser « significativement » au 4e trimestre, selon Christian Noyer

Le PIB de la France devrait reculer « significativement » au quatrième trimestre 2008, estime le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, interrogé sur la croissance dans une interview à paraître jeudi dans Le Figaro.
« Nous connaissons aujourd’hui un ralentissement très prononcé de l’activité. Tout laisse penser que le quatrième trimestre sera significativement négatif en France et en zone euro », indique M. Noyer.
Au troisième trimestre, la France avait échappé de peu à la récession frappant nombre de ses voisins européens, enregistrant une croissance de 0,1% alors que la plupart des économistes s’attendaient à un recul du PIB, après celui de 0,3% déjà enregistré au trimestre précédent.
La majorité des enquêtes de conjoncture et des prévisions estiment toutefois que l’impact de la crise internationale va se faire sentir au dernier trimestre de cette année, aboutissant à une diminution du PIB, avec des effets négatifs qui se prolongeront jusqu’à la mi 2009.
« Le ralentissement est si fort et si brutal qu’il est peu probable que les choses se rétablissent très vite. Le premier semestre sera donc encore assez difficile », poursuit M. Noyer.
« En revanche, nous pouvons envisager une légère reprise de l’économie au second semestre car plusieurs facteurs jouent favorablement: la très forte désinflation redonnera du pouvoir d’achat; la politique monétaire (baisse des taux de la BCE, ndlr) soutient les prêts et l’investissement et les plans de relance soutiennent l’activité », ajoute le gouverneur de la Banque de France.
Malgré le plan de relance annoncé la semaine dernière, le gouvernement maintient sa prévision de croissance pour 2009 dans une fourchette de seulement 0,2 à 0,5%.
Christian Noyer affirme également n’avoir aucune « inquiétude sur l’arrivée d’une déflation telle qu’on l’entend, c’est-à-dire une baisse du niveau général des prix et des salaires pendant une certaine période ».
« Ce n’est pas du tout ce à quoi on assiste, qui est une forte désinflation » liée à la baisse des prix du pétrole et des matières premières, et la progression des prix à la consommation sur un an devrait rester « largement positive », explique M. Noyer.
Quant à la baisse des prix de l’immobilier, « il s’agit du contrecoup d’une hausse trop vigoureuse que nous avions dénoncée pendant plusieurs années (…) mais je ne crois pas à un effondrement », poursuit Christian Noyer, qui juge le « marché immobilier fondamentalement assez sain dans notre pays ».
« Il devrait redémarrer lorsque les facteurs notamment psychologiques qui ralentissent la demande des ménages se seront dissipés », conclut-il.

décembre 10, 2008 Posted by | milliards | , , , | Laisser un commentaire

Automobile: la Maison blanche salue un bon accord de principe

WASHINGTON (Reuters) – La Maison blanche s’est félicitée mercredi qu’un « bon accord de principe » ait été trouvé entre l’administration Bush et les dirigeants du Congrès sur un plan d’aide aux constructeurs automobiles mais elle a précisé que les détails de la proposition de loi faisaient encore l’objet de discussions.

Le secrétaire général adjoint de la Maison blanche Joel Kaplan a déclaré que des discussions se poursuivaient au Capitole, où les différentes parties concernées tentent de se mettre d’accord sur les modalités d’un texte destiné à sauver « les Trois de Detroit », General Motors, Ford et Chrysler.

« Nous avons fait des progrès importants et nous sommes parvenus à un accord de principe », a-t-il dit.

Il a ajouté que le texte définitif de la proposition de loi obligerait les constructeurs qui bénéficieront d’une aide publique à faire un choix: « la restructuration ou la faillite ».

Bien que le président de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, ait déclaré que la rédaction du texte était terminée, Kaplan a insisté sur le fait que la Maison blanche n’avait pas encore vu le document final ni « donné son feu vert ».

Le texte, dans sa version actuelle, prévoit la nomination par le président d’un « Monsieur Auto » (« car czar ») qui examinera les plans de restructuration présentés par General Motors, Ford et Chrysler pour garantir leur viabilité à long terme. Il devra également s’assurer que les constructeurs respectent des critères stricts pour pouvoir bénéficier du plan, a indiqué Kaplan.

CONTRE-PROJET RÉPUBLICAIN, FORD ET GM CHUTENT

Il a précisé que si les plans – qui devront être soumis le 31 mars au plus tard à moins qu’un délai supplémentaire de 30 jours ne soit accordé comme le prévoit la version actuelle du texte – ne donnent pas entière satisfaction, le « Monsieur Auto » pourra exiger des constructeurs qu’ils remboursent immédiatement les prêts accordés.

Kaplan a reconnu que le plan de sauvetage de 15 milliards de dollars suscitait encore beaucoup de questions chez les parlementaires démocrates et républicains et il a ajouté que des représentants de la Maison blanche se rendraient à leur rencontre pour tenter de les convaincre.

Lors d’une conférence de presse au Capitole, le sénateur républicain Richard Shelby a déclaré que son collègue sénateur Bob Corker préparait un contre-projet, tout en précisant qu’il n’avait pas fait une évaluation du nombre de soutiens que cette initiative pourrait rallier.

Shelby s’est dit opposé au texte qui a fait l’objet d’un accord entre l’administration Bush et les démocrates au motif qu’il n’aiderait pas les constructeurs américains à être plus compétitifs. Il a menacé d’en ralentir le processus d’adoption au Congrès.

L’action de Ford perdait plus de 4% et celle de General Motors 3%, après les déclarations du sénateur républicain.

décembre 10, 2008 Posted by | milliards | , , , , , , | Laisser un commentaire

Le géant Rio Tinto supprime 14 000 emplois

Une mine de fer en Australie. Rio Tinto est présent dans 40 pays. En France, le groupe emploie 14 000 personnes. Crédits photo : REUTERS
Le groupe prend des mesures radicales pour être en mesure de rembourser ses dettes contractées lors du rachat d’Alcan-Péchiney.

L’éclatement de la bulle sur le prix des matières premières, la crise globale du crédit et le ralentissement brutal des activités industrielles placent le géant minier Rio Tinto dans une position extrêmement délicate.

Pour redresser la barre, le groupe anglo-australien a annoncé vendredi des mesures radicales. Rio Tinto va supprimer 14 000 emplois à travers le monde, dont 8 500 intérimaires ou CDD, soit environ 15 % de ses effectifs. Le groupe, présent dans 40 pays dans le monde et exploitant des mines très diverses (alumine, charbon, cuivre, fer, or, argent, diamant…), n’a pas livré vendredi de détail sur les activités ou les sites qui seront directement concernés par ces mesures. En France, Rio Tinto, qui a hérité de nombreux sites Pechiney quand il a avalé le canadien Alcan fin 2007, emploie 14 000 personnes. L’attentisme était donc de rigueur vendredi. Cela dit, l’Hexagone est, au sein de l’univers Rio Tinto, dans une situation très particulière : ses activités d’emballage et de produits usinés (soit les trois quarts de ses effectifs français) sont depuis plus d’un an officiellement en vente et à ce titre peu intégrées à l’ensemble. L’avenir des salariés européens de Rio Tinto devrait se préciser aujourd’hui à l’occasion d’un comité de groupe européen.

Le faux bond de BHP Billiton

Les géants de la mine affrontent la dégradation brutale de la conjoncture qui a dégonflé la bulle spéculative qui s’était formée jusqu’à la mi-2008 sur les prix des matières premières. Depuis, nombre de produits ont perdu 60 % de leur valeur.

Pour Rio Tinto, la situation est même critique, car le groupe est lesté d’un endettement de plus de 40 milliards de dollars, dont 9 milliards sont à rembourser ou à refinancer d’ici à novembre 2009 (suivis de 10 milliards en 2011). Cette dette bancaire correspond à l’acquisition, cash, d’Alcan fin 2007. Structurée à court terme, elle est devenue un véritable fardeau depuis que la crise financière a peu ou prou fermé l’accès au crédit des grandes entreprises. Et la situation s’est encore compliquée le 25 novembre dernier, quand le leader mondial BHP Billiton a abandonné son projet d’acquisition hostile de Rio Tinto, laissant ce dernier seul face à ses dettes.

Pour desserrer l’étau, Rio Tinto a décidé, outre son plan social massif, plusieurs mesures financières dont l’objectif est de préserver sa trésorerie. Ainsi le groupe compte-t-il ramener en 2009 ses investissements de 9 milliards de dollars prévus à 4 milliards. Autre concession à la crise : son dividende, dont il avait promis un relèvement très significatif, sera finalement inchangé. En Bourse, l’action Rio Tinto a rebondi vendredi de 20 % à Londres, ce qui ne l’empêche pas d’accuser un recul de 70 % depuis le début de l’année.

décembre 10, 2008 Posted by | milliards | , , | Laisser un commentaire